Le simulateur du Financial Times vous permet de calculer la valeur de vos données personnelles !

Combien les professionnels du marketing sont-ils prêts à payer pour avoir accès à vos données personnelles ?

Le site Challenge nous parle du Financial Times qui a eu l’idée de mettre au point un simulateur qui, a partir d’un certain nombre de caractéristiques, calcul la valeur totale de vos données personnelles.

Pour commencer, quelques définitions !

Le dictionnaire Larousse définit la valeur comme « ce que vaut un objet susceptible d’être vendu, échangé, et, en particulier, son prix en argent ».

On fait donc une observation assez dérangeante, nous avons aujourd’hui, nous-même, une valeur. Ou plutôt, tout ce que nous pouvons laisser connaître de nous sur le web, a une valeur, ce dont tout le monde n’est pas forcément conscient.

Il définit ensuite le profil comme un « ensemble de caractéristiques qui définissent fondamentalement un type de chose ». Le besoin d’ériger des profils découle donc du fait que nos données aient une valeur; il faut ensuite les organiser.

On se rend donc compte que les termes « valeur » et « profil » sont normalement appliqués à des objets, des choses matérielles, ce qui pause un problème éthique assez important; la monétisation de ce que l’on estime être la « valeur du profil » d’un être humain.

Alors comment ca marche ?

Le simulateur comprend cinq rubriques à renseigner : profil démographique (profession, âge, etc…), famille et santé, patrimoine immobilier, loisirs et profil de consommation. Un profil ne comportant que les données de base; âge, sexe, code postal, vaut 0,007 dollar.

Qu’est-ce qui fait que cette valeur augmente ?

La profession influe beaucoup sur la valeur des profils, le métier d’avocat est un plus par exemple. Un individu propriétaire de son logement voit sa valeur passer à 0,112 dollar. Si un individu a fait des recherches sur le thème de l’automobile, la valeur de son profil augmente alors de 0,002 dollar, et de 0,001 dollar si l’individu a cherché à se renseigner sur des potins. En claire, plus les données sont intimes et précise, plus la valeur de votre profil augmente.

D’autre part, l’article du site E-delit vous explique comment votre profil peut encore prendre de la valeur grâce (ou à cause) de vos profil Facebook, LinkedIn ou encore Google.

Un petit schéma pour vous aider à visualiser:

2014-11-06-ScreenShot20141105at4_19_57PM

Insolite !

Ce simulateur ayant été crée par des américains pour des américains, les critères diffèrent de ceux qui pourraient s’appliquer à la France, et c’est ainsi que l’on découvre des choses très étonnantes. En effet, un individu qui possède un yatch ou un avion voit sa valeur augmentée de 0,002 dollar, mais un individu obèse ou dépressif, lui, vaut encore davantage. Mais le jackpot, c’est le malade chronique; le fait de souffrir de diabète, de migraines ou de problèmes cardiaques fait passer la valeur de votre profil à 3,65 dollar ! Qui l’eut cru…

De plus, il vous est désormais possible de vendre vous-même vos données. En effet, certaines Start-up comme par exemple Datacoup proposent une rémunération de 6e par mois aux utilisateurs qui acceptent de donner un accès libre à leurs comptes de réseaux sociaux.

Mais alors, qui vend ces données ?

On les appelle les « data broker » que l’on pourrait traduire en français « coursier en données », qui sont spécialisés dans la vente de données personnelles destinée au ciblage publicitaire. Vous trouverez un article très intéressant sur les Data Broker aux Etats-Unis sur le site ZDnet.

 Comment éviter cette collecte de données ?

Limitez votre traçabilité. Il existe aujourd’hui des logiciel non-propriétaire et ouverts, qui vous permettent de profiter des « 4 libertés logicielles », qui sont les suivantes:

-la liberté d’exécuter le programme, pour tous les usages ;

-la liberté d’étudier le fonctionnement du programme et de l’adapter à ses besoins ;

-la liberté de redistribuer des copies du programme (ce qui implique la possibilité aussi bien de donner que de vendre des copies) ;

-la liberté d’améliorer le programme et de distribuer ces améliorations au public, pour en faire profiter toute la communauté.

Le respect de ces 4 libertés vous permettent donc de ne délivrer aucune donnée personnelle vous concernant, comme cela peut être le cas lors de l’achat d’un logiciel propriétaire comme Photoshop par exemple. Il existe également des logiciels à installer sur votre ordinateur, qui vous permettront de visualiser combien et quelles traces vous laissez sur le web.

J’ai fais le test

Etant une étudiante toujours domiciliée chez ses parents, n’étant propriétaire ni d’un bien immobilier ni d’une voiture et n’étant ni mariée ni mère, mon profil vaudrait actuellement 0,1729$ pour des marketeurs. Ces marketeurs achetant très souvent ces données par package d’environ 1000 consommateurs potentiels, on pourrait estimer qu’un package de données identiques aux miennes serait acheté 172,90$.

Sources:

 

Publicités

Une réflexion sur “Le simulateur du Financial Times vous permet de calculer la valeur de vos données personnelles !

  1. Sujet très intéressant, mais votre article est pour le moment trop proche d’autres billets qu’on trouve sur le web. Il faut citer vos sources, et approfondir et personnaliser votre article.
    Élargissez par exemple la question de la valeur des données, ou interrogez la notion de profil…

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s